L’attrape rêves (aussi appelé capteur de rêves) est l’un des symboles les plus durables et les plus répandus associés à la culture amérindienne.

On aime à penser que sa forme iconique de cerceau et de toile a pour but de protéger les dormeurs des mauvais rêves en les “attrapant”, tout en laissant passer les bons rêves, d’où son nom.

Cependant, la véritable histoire des capteurs de rêves est un peu plus complexe.

Alors que certains y voient un symbole d’unité entre les tribus, d’autres estiment que le capteur de rêves a été détourné à des fins e commercialisation excessives.

Malgré cette polarisation, les origines du capteur de rêves et les croyances qui l’entourent demeurent une partie fascinante de l’histoire américaine.

Le contexte culturel

Les fétiches protecteurs apparaissent dans de nombreuses cultures indigènes, mais le capteur de rêves généralement associé aux Amérindiens provient de la culture Ojibwe (Chippewa).

Traditionnellement fabriqué à partir de branches de saule, de fibres d’ortie ou de babiche, et de décorations telles que des perles et des plumes, les origines du capteur de rêves sont associées à une figure de la mythologie ojibwé connue sous le nom de Asibikaashi, ou “la femme araignée”.

Cette figure-mère était une protectrice du peuple, surtout des enfants. Les capteurs de rêves sont devenus un substitut d’Asibikaashi alors que la nation ojibwé s’étendait sur une plus grande région géographique, un outil suspendu au-dessus des lits des enfants pour capturer tout mal ou mal avant qu’il puisse causer du tort.

Comme les tribus occidentales se sont peu à peu contactées par le commerce et les mariages mixtes, la légende des capteurs de rêves a imprégné d’autres cultures.

Les Lakota ont leur propre légende d’attrape-rêves associée à un dieu, Iktomi, lui aussi souvent apparu sous la forme d’une araignée.

Dans la culture Lakota, les capteurs de rêves représentent “le tissu de la vie“, avec ses nombreux bons et mauvais choix.

Le capteur de rêves est destiné à filtrer les mauvaises idées de la société des bonnes, conduisant les gens à réaliser leurs rêves et leurs visions.

Au cours du mouvement pan-indien de la fin du XXe siècle, alors que de nombreuses tribus de peuples autochtones cherchaient l’unité pour la stabilité culturelle, le capteur de rêves est devenu largement associé à de nombreuses tribus et nations autochtones différentes.

Mythe #1 : On ne peut pas en avoir si l’on est pas amérindien

Bien que de nombreuses personnes trouvent les capteurs de rêves beaux et l’intention protectrice qui les sous-tend convaincants, ils ont suscité une certaine controverse au fil des ans.

Certains estiment que l’utilisation de capteurs de rêves en dehors de la culture autochtone est une forme d’appropriation culturelle, particulièrement lorsque les non-autochtones profitent de la vente d’artisanat d’inspiration autochtone.

La légalité est également devenue un problème.

Au fur et à mesure que les capteurs de rêves devenaient de plus en plus populaires auprès de la foule du New Age à partir des années 1970, certains artisans sans scrupules faisaient passer leurs marchandises pour de l’artisanat “authentiquement amérindien“, les commercialisant comme étant fabriquées par une tribu particulière, par exemple.

Le Congrès a adopté l’Indian Arts and Crafts Act en 1990, rendant illégale la publicité mensongère selon laquelle des objets d’art d’inspiration amérindienne, tels que des poteries, des paniers, des bijoux et des objets totémiques comme des capteurs de rêves, ont été fabriqués par des Amérindiens alors que ce ne l’était pas.

La controverse sur l’appropriation culturelle ne signifie pas que les non-Autochtones ne peuvent pas apprécier et exposer les arts et l’artisanat autochtones comme des capteurs de rêves.

Lorsqu’ils sont abordés d’une manière qui respecte l’histoire et la culture derrière l’artisanat et reconnaît l’artisan, les capteurs de rêves suspendus peuvent être une belle façon d’honorer les gens dont la riche mosaïque de croyances a recouvert cette terre bien avant la colonisation européenne.

Si vous souhaitez acheter un attrape rêve : 

  • ne vous faites pas vous même attraper par un marketing qui affiche “fabriqué à la main par des amérindiens”. Si cela vous parait trop beau pour être vrai, c’est sans doute le cas (la plupart des boutiques en ligne font venir leurs produits de Chine et de sites comme AliExpress pour marger allègrement).
  • essayez de trouver une boutique de fabrication éthique et authentique, ou alors, fabriquez vous même votre attrape rêves !

Mythe #2 : Les capteurs de rêves fonctionnent vraiment

arnaque attrape rêves

Presque tous les capteurs de rêves sont suspendus juste au-dessus du lit, de telle sorte que la lumière du soleil y tombe directement.

L’explication derrière cette configuration est que les rêves négatifs qui sont coincés dans un capteur de rêves expirent dès que les premiers rayons du soleil les éclaboussent.

Nous avons grandi en bavardant et en partageant des connaissances fictives sur les esprits, les fantômes et le diable, entre nos amis, alors que nos parents nous ont expliqué des millions de fois que de telles choses ne sont pas attendues.

Alors, cela signifie-t-il que tout ce qui concerne les ” capteurs de rêves ” est également vague ? Est-ce que ces objets décoratifs “attrapent” vraiment les cauchemars ?

Il y a beaucoup de gens qui croient aussi que les capteurs de rêves ont un sens plus large que les légendes liées aux rêves.

Pour ces personnes, les capteurs de rêves sont des porte-bonheur qui représentent la bonne énergie et aident à neutraliser la mauvaise énergie – que vous soyez éveillé ou endormi.

Bien sûr, tout est question de croyance, les plus rationnels diront bien sûr que cela relève du mythe, mais peu importe, il n’en demeure pas moins vrai que les capteurs de rêve sont de beaux objets de décoration, à priori inoffensifs, à l’instar des lampes de sel.